Une histoire de l’effet Papillons Blancs

1950-1960

Des voix s’élèvent pour ouvrir davantage de droits aux enfants porteurs de handicap

Dès les années 50, aux quatre coins de l’Hexagone, des parents, médecins et quelques autres s’indignent de la place réservée aux personnes porteuses de handicap dans la société. Ils commencent alors à se mettre en ordre de bataille en créant des associations, bientôt rassemblées au sein d’une fédération nationale, l’UNAPEI. Avec des professionnels qui partagent leur engagement, ils veulent conquérir des droits pour leurs enfants, mais aussi créer des écoles, des organisations de travail et des lieux de vie pour les accueillir.

1961

Naissance des Papillons Blancs du Finistère, sous l’impulsion de Michel Garapin

Magistrat à Brest et père d’un enfant handicapé mental, Michel Garapin adhère au mouvement dès 1959. Deux ans plus tard, presque simultanément avec les démarches entreprises par des parents d’enfants handicapés mentaux dans les autres départements de Bretagne, il dépose les statuts de l’association Les Papillons Blancs du Finistère. Avec son épouse, il commence alors par recevoir de manière informelle des enfants porteurs de handicap dans leur salle à manger. En parallèle, Michel Garapin se sert de son réseau pour rallier à sa cause des personnalités brestoises.

1962-1974

Construction d’un réseau d’établissements pour accueillir les enfants et adolescents

En 1962, les Papillons Blancs du Finistère obtiennent le soutien de la municipalité et se voient remettre les clés d’un bâtiment, rue Matthieu Donnart, que l’association transforme l’année suivante en Centre médico-pédagogique pouvant accueillir 25 enfants. Plusieurs autres établissements de ce type, que l’on appellera par la suite Instituts Médico-Éducatif (IME), seront ensuite créés entre 1966 et 1974 à Brest et Concarneau. C’est également en 1974 que le futur CAMSP (Centre d’action médico-sociale précoce), ouvre ses portes pour accueillir les enfants porteurs de handicap mental dès leur plus jeune âge. Depuis, le secteur « enfance » de l’association n’a cessé de croître, en particulier sur Brest, uniquement freiné par la limitation des agréments délivrés par les pouvoirs publics.

1976-1987

Création de Centre d’Aide par le Travail

A cette période l’Association entame une nouvelle étape de son développement : la création de CAT (Centre d’Aide par le Travail). En effet, il apparait de plus en plus clairement à tous que les handicapés devenus adultes éprouvent le besoin d’avoir une activité valorisante, au niveau professionnel comme au niveau social. Au sein des CAT de Brest, Concarneau, Plonéour-Lanvern, ils seront en mesure d’être considérés par le monde qui les entoure…

1990-2001

Un réseau d’établissements pour accueillir les adultes

À la fin des années 80, les Papillons Blancs du Finistère ouvrent un foyer d’accueil à Ergué-Gabéric, à destination des adultes ne pouvant pas travailler en Centre d’aide par le travail (CAT). Trois autres foyers de vie de ce type ouvriront ensuite leurs portes à partir de 2001, à Brest, Quimper puis Plogonnec. C’est également à cette époque que les SESSAD (Service d’éducation spéciale et de soins à domicile) font leur apparition pour accompagner des enfants et adolescents de 0 à 20 ans, au début des années 90. Pour les Papillons Blancs du Finistère, elle se traduira par la création successive de trois SESSAD, à Brest et Concarneau.

2010

Une MAPHA pour accueillir les travailleurs d’ESAT à la retraite

En 2010, pour accueillir les travailleurs d’ESAT (établissement et service d’aide par le travail, nouveau nom des CAT) qui arrivent à l’âge de la retraite, les Papillons Blancs du Finistère créent à Saint-Yvi la première MAPHA (Maison d’accueil pour personnes handicapées âgées).

2014

Création de la marque esatéo

Cette marque vise à valoriser l’ensemble des prestations et des produits réalisés en ESAT et proposés aux particuliers, aux collectivités et aux entreprises. Cette identité permet aux travailleurs en situation de handicap d’être valorisés en tant que professionnels pour la qualité du travail effectué, sans stigmatisation.

2018

Création des pôles d’activités

Afin de donner de la visibilité et de la lisibilité à ses actions, l’Association a voté fin 2018 la réorganisation de ses établissements et services en pôles d’activités. Ainsi, la personne en situation de handicap n’est plus seulement accompagnée selon une logique d’établissement qui reste rattachée à une logique d’agrément, mais plus selon une logique de parcours. Les besoins en santé, en soins, en formation, en travail, en éducation, en scolarisation, en habitat et en vie sociale sont considérés comme essentiels. Les professionnels apportent ainsi des réponses à la fois spécifiques et globales en gardant à l’esprit la transversalité et la complémentarité des offres de service.

2021

60 ans d’existence

Les Papillons Blancs du Finistère accompagnent 1.650 personnes en situation de handicap mental au sein de 62 sites, établissements et services sur le département, encadrés par 1.000 professionnels, grâce à un budget annuel dépassant les 54 millions d’euros. La marque esatéo évolue et devient esatco Finistère. Ouverture du premier restaurant grand public.
Aller au contenu principal